iNTERACT @ Imagine Cup 2006
Software Design Invitational

11 décembre 2006

Encore un 1er prix pour iNTERACT

Wouhouu !

Merci à ceux qui ont voté pour nous; et à ceux qui passe sur ce blog, sachez qu'iNTERACT a remporté ce samedi soir le 1er prix du concours Zoom Jeunes !
La soirée était animée (entre autre) par Plug TV, alors surveillez vos postes car on devrait encore y faire une petit passage :D

Zoom Jeune - Les lauréats 2006 (des photos et vidéos de la soirée devraient bientot être disponible sur ce site)

24 octobre 2006

Le projet iNTERACT proposé au concours Zoom Jeunes

Zoom Jeunes st un concours parrainé pour cette édition par les Frères Taloche, qui vise à rendre hommage et à valoriser la jeunesse.

Le concours est ouvert aux jeunes et groupes de jeunes de 15 à 30 ans de la Communauté française ayant créé un projet (ouvert à toute thématique : éducation, sport, santé, emploi, culture, économie, art, etc), ayant un talent et/ou se distinguant par leur(s) action(s), leur personnalité, ...

Nous avons donc, comme à l'habitude ;) , sauté sur l'occasion !
Je vous invite donc à voter afin de retenir le projet iNTERACT (C'est extrêmement rapide, il suffit de cliquer sur "voter") :

VOTER POUR LE PROJET iNTERACT !!!

Rousseau Jonathan
http://www.rousseau-jonathan.be

02 octobre 2006

Le site web officiel d'iNTERACT

Le site web officiel d'iNTERACT est désormais en-ligne.
Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante : http://www.interactkiosk.com

14 août 2006

Les photos

Salut tout le monde !

Voici un petit post pour vous informer que les premières photos sont enfin disponibles. Les censurées sont en attente d'approbation du reste de l'équipe et d'autres viendront lorsque tout le monde aura connecté son appareil photo :)

Et puis si j'en ai le courage, j'essaierai d'écrire ce qui s'est passé durant les derniers jours.

Sur ce... enjoy !

13 août 2006

L'Inde, mes premières conclusions

Cette semaine passée à Agra et Delhi fut vraiment exceptionnelle. Par le Taj Mahal notamment, qu'il devient difficile de quitter des yeux, tant ses lignes sont parfaites.

Mais surtout par cette prise de conscience d'une réalité sociale qu'un être humain digne de ce nom ne peut tolérer : l'extrême misère d'une immense partie de la population dans un Etat qui ne pratique même pas la redistribution en paroles. Je voudrais citer deux anecdotes qui m'ont bouleversé.

La première : je parcourais le parc de notre splendide hôtel pour ramener des photos à faire rêver. Tout au bout, des ouvriers réparaient un petit bâtiment. J'avais l'intention de photographier mais n'ai pas eu le courage d'appuyer sur le déclencheur. Des hommes maçonnaient et attendaient tranquillement, assis en tailleur, qu'on leur apporte mortier et briques. Et qui préparait ce mortier et transportait briques et mortier ? Une femme de peut-être vingt-cinq ans avec deux jeunes marmots qui s'accrochaient à sa longue robe rouge. Et elle transportait tout cela sur sa tête, en ayant même à monter des escaliers. Même une caste scandaleusement défavorisée parvient encore à créer sa sous-caste encore plus défavorisée.

Et cette autre : cette gamine d'environ sept ans, tenant dans ses bras une petite sœur de deux ans peut-être. Elle mendiait pieds nus sur l'autoroute. Elle était près du rail de sécurité, côté route, sur bande rapide. La nuit commençait à tomber et elle tombe vite là-bas. J'ai jeté mes dernières pièces de roupies dans la berme centrale où elle aura au moins été en sécurité pour quelques secondes. Et ils sont une multitude de gamins et gamines ainsi obligés de mendier ?

L'Inde est encore très marquée par ce système de castes ainsi hiérarchisées : les prêtres d'abord (qui ont imaginé le système), les guerriers (des maharadjahs aujourd'hui recyclés en hôteliers de luxe), les commerçants et finalement ces intouchables (même si, officiellement, ceux-ci n'existent plus depuis 1948). Chacun naît, vit et se perpétue dans sa caste. Cloisonnement sans faille entre castes, jusqu'à la nuit des temps, sans aucune possibilité d'en changer. Inutile de dire que dans les esprits et les faits, cet ignoble système ségrégationniste, est encore particulièrement vivant et accepté.

Lors de la séance de clôture d'Imagine Cup 2006, Monsieur l'Honorable Ministre du Développement Economique est venu nous dire que l'Inde avait surtout besoin d'innovation. Permettez-moi de penser, Monsieur l'Honorable Ministre, que quel que soit le poids des traditions ancestrales qui vous arrangent si bien, permettez-moi de penser que l'Inde aurait surtout besoin du souffle de ceux qui ont mené à la Révolution française et aux Droits de l'Homme, avec ses trois piliers : la Liberté, l'Egalité et la Fraternité.

Ma première conclusion sur Imagine Cup

On est de retour ce dimanche en début d'après-midi, merci au comité d'accueil parental à la gare des Guillemins... J'espère qu'ils auront tenu compte de tout ce stress dû à ces interminables contrôles de la sécurité aérienne. Contrôles super-renforcés partout mais en particulier à Londres et ... New Delhi où l'Ambassade américaine avait émis un avis d'alerte maximale. Et quelle société représente mieux les USA que Microsoft ?

Le silence radio depuis mardi n'était pas dû à du désintérêt de notre part mais à des difficultés techniques : Microsoft a démonté le wifi (gratuit pour nous) mardi soir et ne subsistait plus que le wifi de nos hôtels super-luxe, à un prix encore plus super-luxe. Si on avait été qualifié pour la finale, on aurait demandé à Walter Stiers, notre délégué Microsoft, de faire un petit effort mais pour juste annoncer à nos supporters que l'Italie avait gagné devant le Brésil (sans coup de boule d'aucun membre de cette dernière équipe)...

Nul doute que Frédéric, Jonathan, Laurent et Michaël auront beaucoup de photos et d'anecdotes à poster mais laissez-moi tirer quelques conclusions déjà.

Notre application iNTERACT fut très appréciée pour son potentiel commercial mais, comme on pouvait le craindre, les juges ont trouvé que le lien avec la santé était essentiellement là pour Imagine Cup. Il paraîtrait (nous, on n'avait pas remarqué) que les sources de rentrées financières sont tellement évidentes et dehors de la santé... Les autres applications, même si elles n'ont pas notre avenir sur le plan économique étaient réellement orientées "santé". L'application que nous avons présenté il y a deux ans au Brésil aurait trouvé un merveilleux cadre mais soit, on pouvait difficilement faire tripler Steve et Co.

Notre résultat (il est hors de question de parler d'échec) a surtout une autre raison. Il y a deux ans au Brésil, on combattait à armes égales avec les autres participants : des applications manifestement réalisées par des équipes de trois ou quatre étudiants. Le phénomène a commencé l'an dernier au Japon et s'est amplifié comme il fallait le craindre : une sorte de "professionnalisation", fini l'équipe de copains qui montent une voiture de course avec les moyens du bord, aujourd'hui c'est Ferrari qui occupe en fait le terrain même si les logos Ferrari ne sont pas (encore) là.

Bien sûr, tout cela n'est qu'un sentiment personnel, impossible d'apporter des faits tangibles mais quand je vois qu'une équipe propose un projet qui a dû demander de gros développements aussi bien logiciels et hardware et que l'équipe est déjà constituée d'un "marketing" et d'un spécialiste du domaine de la santé (aucun des deux n'ayant de toute évidence contribué à ces développements), je me demande s'il n'y a pas là derrière une équipe bien plus conséquente avec un effort coordonné au niveau de l'Université (plusieurs facultés) afin de bénéficier des retombées médiatiques d'une victoire en finale mondiale d'Imagine Cup.

Ceci dit, rien ne nous empêche de continuer comme ces trois dernières années, c'est déjà fantastique d'aller en finale mondiale, avec une semaine exceptionnelle à la clé mais si on veut ambitionner de jouer dans la cour des grands (et pourquoi pas) il faut peut-être revoir notre stratégie.


visiteurs sont passés par ici !